L’individual Contributor : un atout sous-estimé !  

Le contributeur individuel, c’est celui qui participe au succès de l’entreprise sur un domaine ou une expertise spécifique, sans pour autant disposer d’une équipe pour lui rendre des comptes. 

10/2021
minutes
Recrutement

Caractéristique d’une organisation à l’américaine, il se réservait historiquement à des secteurs hautement spécialisés, tels que la Data ou la Tech

Aujourd’hui, il représente près de 30% des profils recherchés par les recruteurs (selon ce que l’on observe chez nos clients) de plus en plus plébiscité pour l’expertise élevée qu’il peut apporter au sein d’une entreprise. Aussi, bien que son rôle soit déterminant, sa relative indépendance peut nous conduire à occulter en partie sa position stratégique. 

Le contributeur individuel, à défaut d’être en solo (comme son nom le laisse penser), devra plutôt tenter d’avoir un rôle pivot s'il souhaite se frayer une place auprès de ses collaborateurs. Ses objectifs et missions se réalisant souvent seul, il ne manage personne en direct, ce qui ne l’empêche pas de détenir un rôle actif, particulièrement sur des projets plus analytiques, minutieux, ou de longue durée.

Il serait toutefois réducteur de considérer que l’IC n’exerce aucun management, car son statut très indépendant le conduit à s’auto-manager plus que d’ordinaire. Ses décisions et son expertise ont également un impact non négligeable sur l’ensemble des équipes, et sont souvent largement plébiscitées.

Aussi, si vous envisagez de rejoindre une entreprise en tant que contributeur individuel, sachez qu’il existe de nombreux points sur lesquels prêter une attention particulière avant de vous lancer.

L’art du management pour soi-même 


Comme toute personne n’est pas faite pour manager, toute personne n’est pas nécessairement faite pour contribuer individuellement au développement d’une entreprise. Le manque de repères, d’équipe ou de hiérarchie directe peut en effrayer plus d’un, et s’appréhende de façon rigoureuse. Un IC pourrait se reconnaître en principe, à travers les compétences suivantes : 


  • Collaboration : très lié à la communication (également importante), le fait de collaborer de manière fluide sera nécessaire pour des projets impliquant le groupe, en interaction directe ou indirecte avec les missions. 
  • Organisation : pour ne pas rapidement se laisser attraper par les pièges de l’indépendance ou de projets subalternes, l’IC aura également besoin d’un sens élevé de l’organisation
  • Time Management : car un IC travaille régulièrement seul, il doit également avoir une gestion appropriée du temps. Le manque de repères au contact des équipes doit se combler par un agenda précisant idéalement : deadlines, rendez-vous et tâches qui rythmeront sa journée.
  • Autonomie : le contributeur individuel jouit souvent d’une autonomie plus forte qu’un manager. Pour envisager ce rôle, il faudra donc s’assurer de sa  capacité à travailler seul sur de longues périodes, tout en maintenant son efficacité. 
  • Objectivité : pour améliorer les missions et prendre du recul sur ses erreurs, à ne pas reproduire, une solide capacité d’autoévaluation sera nécessaire. Elle est amplifiée par l’absence de management direct, qui nécessite donc une remise en question régulière


La contribution individuelle étant compatible à un modèle hybride ou full remote, le poste d’IC a quelques exigences, mais surtout de nombreux avantages. Encore plus pour ceux qui préfèrent travailler en solo ou depuis chez eux. Il faut toutefois être vigilant à ce que cette indépendance élevée ne joue pas en faveur de l’isolement. Elle nécessitera au contraire une attention accrue à l’égard des collaborateurs, et des interventions régulières, surtout lorsqu’on souhaite acquérir une part de leadership dans l’organisation. 

L’IC, leader indirect ? 


Ne pas manager ne revient pas à exclure totalement le leader qui sommeille en soi, puisque l’IC sera amené à prendre le lead de nombreux projets, aussi bien individuels que collectifs. S’il choisit de s’impliquer de manière optimale, il pourra vite devenir indispensable pour le reste de l’organisation, par l’adoption des réflexes suivants : 

Dégager sa vision 

N’ayant pas d’équipe dédiée, le jugement de l’IC n’est pas (ou moins) altéré par l’opinion de ses collaborateurs. Son rôle étant “unique”, sa vision de l’entreprise / les informations dont il dispose le seront tout autant. Il n’aura pas peur de prendre des initiatives ou d’analyser votre environnement pour l’améliorer. 


Pivoter dans l’organisation 

Pour ne pas s’enfermer dans son rôle, l’IC se doit d’être doublement curieux, en s’interrogeant fréquemment sur le fonctionnement des autres BU, des équipes..., et en interagissant avec elles. Ainsi, il aura tout intérêt à solidifier ses connaissances de l’organisation, pour mieux saisir ses enjeux et ce que l’on peut attendre de son implication individuelle. Entrer dans le détail d’un projet lui permettra de ne pas revenir sur sa bonne compréhension, et d’aligner plus efficacement son travail au reste des équipes. 

Soigner ses collaborateurs

L’interaction directe avec ses collaborateurs étant moins régulière, l’IC devra tirer un maximum de ces occasions. Pour s’impliquer davantage auprès d’eux, il peut apporter son aide sur une tâche qui nécessite des connaissances spécifiques, prendre une part active en réunion, etc. L’influence positive permettra d’avancer plus efficacement aux côtés d’autres collaborateurs ou d’imposer plus rapidement sa vision. On ne peut pas prendre la tête d’un projet ou d’une idée sans obtenir le soutien de ses collègues


En s’investissant sans limite dans son rôle de contributeur individuel, il pourra bien avoir un rayonnement très important pour le reste des services et de vos collaborateurs. Certains IC sont aujourd’hui des Experts dans leur milieu professionnel, bien qu’ils n’exercent aucun management. 

Concrètement, quel avantage l’organisation peut-elle en retirer ?


Les bénéfices de l’IC dans l’organisation


Le rôle du manager est souvent jugé déterminant dans l’activité de l’entreprise, par la portée de ses décisions, le scope qu’il exerce, etc… L’Individual Contributor, “personne de l’ombre” en quelque sorte, a une place plus difficile à définir en entreprise. Membre du board, reportant au board ou indépendant, l’équation est parfois compliquée à résoudre. Si vous envisagez d’occuper ce rôle, sachez que l’IC reste, dans tous les cas, un élément essentiel au développement de projets méticuleux, et occupe une position particulière, assortie d’avantages : 


  • À cheval entre “Manager” et employé, votre capacité à contribuer seul au développement de l’entreprise vous permettra de prouver directement votre implication dans sa croissance, et de gagner en responsabilités / en légitimité auprès des autres équipes. 
  • Le leadership sur un projet spécifique permet, à terme, de prouver votre valeur auprès de la hiérarchie. Cette position est donc souvent un excellent tremplin vers un poste de leadership direct dans l’organisation. 
  • L’absence de place attitrée dans une équipe vous laisse libre de ne pas vous cloisonner, vous “aventurer” dans l’organisation et en apprendre davantage sur son fonctionnement. Vous pourrez avoir plus simplement des regards croisés et les exploiter pour prendre de plus amples responsabilités, mieux appréhender votre environnement ou les problèmes / conflits naissants.  


D’un autre côté, cette position d’Individual Contributor peut également être extrêmement avantageuse pour l’entreprise, car elle permet de :

  • diffuser un leadership supplémentaire, sans se limiter aux seules frontières d’une Business Unit,
  • résoudre des problèmes opérationnels, situations de crise efficacement,
  • partager une connaissance accrue / une expertise spécifique à l’ensemble de l’organisation,
  • développer un regard plus neuf, par sa connaissance spécifique de certains sujets, via des idées ou une créativité annexe sur le produit ou service par exemple.

Parce que le "contributeur individuel" a souvent un poste dénué de la mention honorifique "manager" ou "directeur", il peut être faussement sous-estimé par le reste de ses collaborateurs. Il sera donc primordial que vous imposiez rapidement votre vision et vos compétences, pour prouver votre plus-value. Individuel ne signifiant pas individualiste, il sera très important d’échanger avec vos collaborateurs le plus souvent que possible et d’expliciter vos missions  pour déconstruire le postulat ! 


Vous reconnaissez-vous dans ce profil ? 

Discutez-en avec nos équipes !

AUTRES ARTICLES DE BLOG

Vous aimerez aussi ...