Recrutement

Halo, la première impression !

Les premières secondes d'un entretien peuvent tout changer, découvrez en quoi la première impression influe sur le jugement du recruteur.

L’entretien d’embauche, un moment à forts enjeux


L’entretien est donc un moment crucial, tant pour le talent que pour le recruteur, car les enjeux sont multiples. De son côté, le recruteur cherche avant tout à sécuriser son recrutement, car l’erreur de casting coûte cher en temps et en ressources, tant humaines que financières. Pour éviter cela, le recruteur va essayer de valider et confirmer un certain nombre d’éléments qu’on pourrait regrouper dans le fameux concept des soft skills et hard skills.

Du côté candidat, il y a également ce jeu de séduction mais la préparation a son importance, notamment pour se présenter sous son meilleur jour et afficher sa meilleure posture. Avec un peu de pratique, il est assez facile de bien préparer un entretien dans le concret (pitcher son CV, connaître les cohérences de son parcours avec le poste à pourvoir, exprimer ses motivations…) mais reste un élément déterminant qui demande sûrement plus de vigilance : la manière d’être, de se présenter, de s’exprimer. Autant d’éléments qui influent sur la suite et donc la réussite de l’entretien. 

Sans vouloir casser l’ambiance, vous avez beau avoir un CV bien rempli, un discours rodé, une parfaite cohérence entre votre parcours et le poste à pourvoir, vous pourriez malheureusement sceller votre sort dès la première impression, subissant l'effet de Halo !


Halo, c’est quoi ? 


L’effet de Halo est un biais cognitif (mécanisme de pensée qui peut engendrer une altération inconsciente du jugement) qui consiste à avoir une perception probablement erronée de quelqu’un, dès les premiers signaux, caractéristiques ou informations observées chez cette personne. 

Par exemple, il a été montré, dans une étude, que l’on accorde plus de qualités aux personnes dont on apprécie positivement l’apparence physique*. 

Le processus se fait en trois étapes :

  • Le recruteur perçoit un signal, une caractéristique. Exemple : ce candidat est très souriant.
  • Le recruteur fait une association de cet indice avec des représentations préétablies liées à ses expériences. Exemple : les gens souriants ont du bagout.
  • Le recruteur conserve le postulat dans un coin de sa tête et y assimile tous les indices propres à le confirmer. Exemple : on remarquera tous les traits d'humour de notre interlocuteur avant de le projeter idéalement au poste de business dev.  

Inconsciemment et bien souvent involontairement, l’effet de Halo est inévitable dans notre vie sociale, nos interactions quotidiennes, ce qui résulte en fin de compte d’une caractéristique propre à l’être humain. Il peut être positif ou négatif ; c’est que ce que l’on appelle aussi “la première impression”. 

En résumé et vous le savez, les premières minutes d’un entretien d’embauche sont déterminantes. Ce constat a notamment permis d’alimenter la règle des 20 x 4, qui voudrait que les 20 premières secondes ou les 20 premiers gestes, centimètres du visage ou mots prononcés, soient suffisants pour forger un avis définitif dans la tête d’un recruteur. 


Mais alors, comment utiliser l’effet de Halo à son avantage lors d’un entretien ? 


L’idée n’est surtout pas de mentir sur qui vous êtes, sur vos motivations ou votre parcours, mais bien d’insister sur l’importance de cette première impression. Vous devez l’ajouter dans votre préparation et ne rien laisser au hasard..

Bien sûr, un bon recruteur sait faire la part des choses, mais certains signaux orienteront in fine sa réflexion... et à appréciation égale avec un candidat, cela peut faire la différence ! En ce sens, il sera important de soigner la manière dont vous vous présentez, mettre en avant vos forces et vos qualités ; votre dynamisme, votre sourire, votre ponctualité… Aussi, pensez à prendre de la marge quant à votre rendez-vous. Beaucoup de facteurs sont hors de votre contrôle (retard dans les transports, 36e étage de la tour…) et être là en avance ne fera que contribuer à entretenir cet effet de Halo. 

Lors de votre préparation, vous vous serez également renseigné sur l’entreprise et votre interlocuteur. Relisez bien vos notes avant l’entretien car : si le recruteur comprend dès le début que vous savez qui il est et ce qu’il fait, vous marquerez un point d’entrée de jeu et installerez un climat engageant pour le reste de l’échange. Si préalablement, vous avez trouvé des points communs entre vous et le recruteur, vous pouvez également en jouer (métier, hobbies, parcours, etc.).

Envoyer des signaux sous-jacents quant à votre motivation à rejoindre l’entreprise ne passe donc pas seulement par le pitch de votre CV.

Bien sûr, il ne s’agit pas de réduire les interactions sociales à la superficialité d’une première image. Néanmoins, avoir conscience de ce biais cognitif peut donc parfois être un plus. Il y a un atout, dans le cas notamment d’un entretien de recrutement, à veiller à faire correspondre l’image que l’on renvoie avec les qualités que l’on souhaite transmettre ! Venez comme vous êtes comme dirait notre bon vieux Ronald, mais ce à quoi nous pourrions ajouter “en adaptant votre code vestimentaire au positionnement de l'entreprise". 

Soignez vous-même !

* Le poids de l'apparence physique dans la décision d'embauche, Hélène Garner-Moyer, Dans Le Journal des psychologues, 2008

partager l'article

Restez informé !

Et recevez nos dernières actualités.