Mauvais recrutement, à la portée de tous.

Faire le mauvais choix et se tromper de candidat est redouté par toutes les entreprises qui recrutent car cela coûte cher et peut avoir un impact négatif sur l'activité. Quelles en sont les raisons et les conséquences ?

06/2019
minutes
Recrutement

Raisons et conséquences d'un mauvais recrutement

Le recrutement n'est pas une science exacte car tant que le candidat n'est pas en poste et n'est pas confronté à "la réalité du terrain", il subsistera toujours une incertitude. Le processus de recrutement sert justement à dissiper ces doutes mais cela reste un exercice compliqué. On retrouve souvent les raisons suivantes à l'origine des erreurs de recrutement :

  • Mauvaise définition des besoins du poste et des compétences attendues
  • Mauvaise analyse des softs skills et hard skills
  • Mauvaise intégration dans l'entreprise

Si la définition des besoins et l'intégration du nouveau collaborateur sont deux actions plus facilement perfectibles par le service RH et les managers, l'analyse des softs skills et des hard skills, quant à elle, nécessite de la préparation et du temps.

Même lorsque l'entreprise prend le temps d'analyser la personnalité du candidat, son potentiel d'intégration et ses compétences métiers, elle reste confrontée à des problèmes de taille.

Objectivité et technicité dans le jugement

Pendant son process de recrutement, le candidat passe plusieurs étapes et rencontre différents collaborateurs au sein de l'entreprise. Ces échanges permettent de tester plusieurs facettes du candidat sur le plan des softs skills (personnalité, valeurs, motivation) mais également des hard skills (compétences techniques métier). Toutefois se pose la question de l'objectivité dans le jugement. Il peut effectivement exister une certaine collusion entre les soft et les hard skills. 

Le recruteur ou le manager peut être "victime" d'un biais cognitif et avoir envie de recruter un candidat car il coche toutes les cases côté personnalité et motivation mais occultera involontairement les lacunes ou faiblesses métier, pourtant nécessaire pour le poste.

Dans le même temps, pour juger des compétences techniques du candidat, il convient de les avoir en interne pour être en mesure de préparer et d'analyser les résultats d'exercices pratiques. Cela est parfois compliqué pour certaines entreprises en early stage ou pour des créations de poste. 

L'une des solutions est de faire appel à des services extérieurs qui proposent des analyses complètement objectives et techniques pour enrichir la décision de recrutement et ainsi limiter le risque du mauvais recrutement. Le réseau d'experts Avizio est composé de tops managers qui mettent leur expérience à disposition des recruteurs afin d'évaluer les candidats sur les compétences clés.

L'erreur de recrutement, ça coute cher !

Généralement, on considère un mauvais recrutement lorsque le collaborateur quitte l'entreprise dans les 12 mois après son arrivée. Assez de temps pour engendrer de nombreux coûts directs comme la rémunération, le temps passé par le service RH, la formation, les prestataires de recrutement etc. Ou encore des frais indirects comme la manque à gagner relatif au manque de productivité, l'échec d'opportunités ou même la mauvaise influence sur les collaborateurs.

On estime en moyenne à 50 000€ le coût d'un mauvais recrutement en fonction du poste et du temps passé dans l'entreprise.

Aujourd'hui, il existe de nombreux outils RH qui permettent de limiter le risque d'un mauvais recrutement, du sourcing à l'évaluation des hard skills des candidats.

AUTRES ARTICLES DE BLOG

Vous aimerez aussi ...

Identifier les biais de recrutement pour plus d'inclusion

Le 13 mai, j’ai eu le plaisir de coanimer une table ronde à la Non-conférence du recrutement dont le thème était “Passons de la photo Benetton à une vraie stratégie d’inclusion”. Parmi les nombreuses interventions et retours d'expérience des participants, j'ai choisi d'aborder ce vaste sujet sous l'angle des biais en recrutement et de partager avec vous quelques pistes de réflexion, qui, je l'espère, vous permettront, à vous recruteurs, de les identifier et de les combattre efficacement.

Aurélien Rigard

05/2022

Enquête : La place du Product Marketing en startup

Le mois dernier, j’organisais un webinar sur le Product Marketing au côté de deux managers du réseau Avizio : François Laxalt, Product Marketing Director et Nicolas Zullo, Head of Product Marketing de Doctolib. Cette conversation en mode retour d’expérience a généré beaucoup d’engagement et donné envie à 3 autres experts de ce métier encore mal connu de partager aussi leur best practices en contribuant à cet article-enquête.

Edith Zeller

05/2022

La prise de référence : en faire un exercice utile

L’étape de la prise de référence est souvent vue comme un jeu de dupes, où les cartes sont connues à l’avance. Erreur... Bien maîtrisé, cet exercice peut s’avérer extrêmement utile, non pas pour valider un recrutement mais plutôt pour préparer une intégration ou confirmer des intuitions. Pour appréhender cet exercice je vous partage les grandes règles, côté Talent/Employeur/Référent, à appliquer pour que la prise de références s’avère utile.

Henri De Lorgeril

03/2022