Définir son Employee Value Proposition comme prérequis de sa marque employeur

Il y a 2 ans, nous avions mené une étude auprès de 250 salariés afin de comprendre leurs habitudes et attentes face à la recherche d’emploi. Le bien-être et la QVT arrivaient alors en tête des considérations des répondants. Il y a quelques semaines Hellowork rendaient les mêmes conclusions. L’ensemble de ces critères et surtout les réponses qu’il constitue du côté de l’entreprise porte un nom : l’EVP, Employee Value Proposition.

4 minutes
09/2022

En bon français, c'est la proposition de valeur faite par l’entreprise, pour l’employé. En voici les éléments clés qui la composent, et quelques conseils pour construire la vôtre et ainsi attirer les talents qui vous correspondent. 

EVP et Pyramide de Maslow

Le premier élément de contexte c’est du côté de nos cours d’économie et plus particulièrement du côté des sciences économiques et sociales qu’on va le chercher avec la fameuse Pyramide des Besoins.
Selon son théoricien Maslow, il est naturel de vouloir satisfaire des besoins hiérarchisés en 5 niveaux, des besoins physiologiques au besoin d’accomplissement, et il serait indispensable de passer un palier pour atteindre le suivant, du plus tangible au plus essentiel. 

Mettre en parallèle la Pyramide de Maslow et le monde du travail est une bonne manière de comprendre pourquoi un EVP a une importance majeure dans sa stratégie RH puisqu’elle vient remplir ces besoins humains de manière concrète. 

Les deux premiers paliers de la pyramide : les besoins physiologiques et de sécurité

Rapportés au monde du travail, on peut les comprendre comme toutes les indemnités financières, les salaires notamment. 

Ces avantages liés à la rémunération permettent de satisfaire des besoins primaires. 


3ème palier : le besoin d’appartenance 

Dans le cadre que nous évoquons, il répond au besoin d’avoir trouvé ses pairs, de faire partie d’un groupe auquel on s’associe et s’identifie :
- Quels sont les moments de cohésion d’équipe ?
- Existe-t-il une “vie de bureau” ?
- Une bonne collaboration voire une entraide entre les différents départements ? 

4ème palier : le besoin d’estime

Ici on peut rapprocher cela du style de management valorisé et adopté au sein de l’entreprise:
- Existe-t-il une (réelle) culture du feedback ?
- Le salarié se sent-il valorisé et reconnu dans son travail ?
- Qu’en est-il de son “employee journey” ? L'évolution qu’on lui propose au sein de l'entreprise est-elle visible et comprise ? 

Et enfin le graal : le besoin d’accomplissement 

C’est le fameux “sens dans le travail” que “tous” les Talents cherchent à avoir aujourd’hui.
-
Le salarié peut-il trouver du sens à ce qu’il fait que ce soit à l’échelle de l’entreprise ou du poste ?
- Ses valeurs personnelles sont-elles en accord avec celles de l’entreprise ?
- Continue-t-il d’apprendre et de développer des compétences ?

On voit donc assez clairement comment le salaire et les sujets de rémunération ne sont plus prioritaires aujourd’hui et que d’autres besoins viennent nourrir le salarié, c’est le rôle de l’EVP de venir répondre à ces besoins. 

L’ Employee Value Proposition est la pierre angulaire de la marque employeur, elle permet de définir les points forts sur lesquels une entreprise va pouvoir capitaliser pour attirer les meilleurs talents et fidéliser les salariés

Ne pas faire ce travail préalable, c’est prendre le risque de ne pas favoriser une bonne adéquation entre entreprise et salarié, créer un décalage et voir son turnover augmenter ou rencontrer des difficultés à recruter. 

Dès le processus de recrutement ce sont des questions que vos candidats auront : autant connaître les réponses ! 

Ce que renferme concrètement l’EVP

Le plus simple pour construire son EVP lorsque l’on est une entreprise, c’est tout d’abord de choisir des piliers, ou catégories, qui constituent la vie en entreprise.

Nous recommandons de privilégier les piliers suivants, qui permettent selon nous de répondre de façon transverse aux préoccupations des salariés :

  • Les indemnités : rémunération, prime, politique d’augmentation (rythme et hauteur). 
  • Les avantages (ou benefits) : politique de travail à distance, mutuelle, tickets-restaurants, autres souscriptions, avantages sociaux
  • Le lieu de travail : localisation et aménagement des bureaux, clarté des rôles de chacun, communication (des résultats, des arrivées, des départs, des objectifs…)
  • La culture d’entreprise : cohésion d’équipe dans et hors du sein du lieu de travail, valeurs de l’entreprise, style de management
  • Développement de carrière : visibilité sur les évolutions, formation, mobilité interne, nouveaux projets à l’échelle de l’entreprise constituant des opportunités futures

Ces piliers ne sont ni exhaustifs, ni figés. Et surtout, il est normal de ne pas être bon partout et de ne pas être en mesure de cocher tous les exemples listés ci-dessous !

Comment construire son EVP ? 

La deuxième étape consiste à trouver au sein de ces piliers les points forts qui caractérisent votre entreprise. 

Il s’agit d’avoir un regard honnête et objectif sur ce que l’on est en mesure de proposer à ses salariés à un instant donné. 

Cela peut passer par une analyse SWOT (les forces et les faiblesses qui dépendent de l’entreprise, et les opportunités et menaces qui dépendent du marché), ou tout simplement en interrogeant ceux qui peuvent répondre au mieux à ces questions : vos salariés actuels. 

Le tableau ne sera peut-être pas parfait, mais dans le cadre de l’EVP on capitalise sur les forces ! (On n’oublie toutefois pas de travailler ses points d’amélioration pour continuellement enrichir son EVP !). 

En résumé, il est indispensable pour une entreprise dans sa stratégie RH, que ce soit pour recruter ou fidéliser ses salariés, d’avoir une vision haute et transverse dans l’offre qu’elle a à proposer. Cela lui permettra de rester compétitive et d’attirer les talents qui sont les plus en adéquation avec elle.Et justement Avizio peut vous aider sur ce sujet !

AUTRES ARTICLES DE BLOG

Vous aimerez aussi ...